La version de votre navigateur est obsolète. Nous vous recommandons vivement d'actualiser votre navigateur vers la dernière version.

JOURNÉE DE BRESSON 9 JUIN 2018

Thème : Vivre ensemble notre foi, un chemin vers l'avenir, un défi pour demain.

« Faute de vision le peuple se détraque » (Proverbes 29,18)

Un monde religieux s’effondre à grande vitesse. Pas de panique ! C’est le changement culturel. Chaque génération a à vivre sa mutation. Ce qui ne signifie pas que la foi se meurt. Chacun, nous sommes témoins et porteurs d’expérience de foi réelle. Mais la question contemporaine est de trouver selon quelles formes communautaires cette foi peut se déployer : comment « vivre et partager sa foi dans la joie de l’Evangile » selon l’expression du pape François.

Voilà l’enjeu de la rencontre à laquelle nous avons été invités le SAMEDI 9 JUIN de 9h à 17h à Bresson

Cliquer pour voir et télécharger l'invitationCliquer pour voir et télécharger l'invitationUne journée de réflexion collective

  • dans un climat détendu d’écoute et d’ouverture,
  • 60 personnes environ, soit engagées dans la paroisse, soit plus nouvelles ou en recherche,
  • prêtes à entendre les aspirations des autres, à entrer en dialogue,
  • pour nourrir une VISION de ce que peut être notre avenir communautaire,
  • qui tienne compte des attentes profondes de nos contemporains,
  • et qui esquisse les adaptations nécessaires,
  • sans crainte d’être « embarquées » dans des responsabilités futures.

Introduction de Philippe Mouy

Pourquoi cette journée de réflexion collective ? Un mot peut résumer le sens et l’objectif de cette journée : suggérer et nourrir une VISION de ce que pourrait être notre avenir communautaire. « Faute de vision, le peuple dépérit » (Proverbes 29, 18). Une vision, c’est une image mentale, un futur désirable qui mobilise, un horizon qui attire. Il ne s’agit pas d’abord de chercher ce que nous devrions faire, mais de se dire ce que nous rêvons d’être. Le pape François nous y pousse quand il dit : « Le discernement se fait avec le Peuple de Dieu ». L’Equipe de pilotage de cette journée croit beaucoup à cet enrichissement mutuel.

Soyons à l’écoute de la parole de liberté que l’Esprit suscite en l’autre. C’est un exercice de co-construction. Prenons en compte la non évidence de la foi aujourd’hui, le fait même que croire en Dieu pose question. Et pourtant nous estimons à juste titre que chaque être humain est porté par une foi et nous sommes témoins d’expériences riches de foi. Ceci nous renvoie à quelques questions : quels types d’actes sont posés aujourd’hui au nom d’une foi ? Quelles relations avons-nous avec ces personnes ? Comment perçoivent-elles notre témoignage ?

Notre monde religieux occidental s’effondre à grande vitesse : le nombre de baptêmes, premières communions, mariages en témoignent. Mais pas de panique ! C’est un changement culturel. Chaque génération a à vivre sa mutation. Ce n’est pas forcément le message évangélique qui est en cause, mais plutôt la manière dont il est présenté à nos contemporains. Rappelons les paroles fortes du P. Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne à l’ouverture de l’Assemblée diocésaine des 14-15 octobre 2017 : « Nous ne retrouverons plus ce que nous avons du mal à lâcher… Laissons tomber ce qui doit tomber… Aujourd’hui, tous doivent descendre pour sortir du cléricalisme… Aidons nos contemporains à faire la rencontre de Jésus-Christ ». Voilà pourquoi il nous faut développer et nourrir une vision.

Pourquoi cette journée alors que deux nouveaux prêtres sont nommés à la Trinité le 1er septembre ? Ils sont informés, ils passeront au cours de cette journée et ils se réjouissent que nous prenions ce temps d’expression libre et créatrice en cette fin d’année si riche en événements et initiatives.

Interventions d'Endro Munsterman

Ouvrir le fichier ci-contre à gauche pour avoir un résumé des trois interventions

 

 

Ateliers

Rencontres de la matinée : ateliers pour rêver notre paroisse

Rencontres de l'après-midi : ateliers pour faire des propositions

Des documents existent au secrétariat qui font la liste des résultats de ces deux temps d'ateliers. Pour un compte-rendu visuel, cliquer sur l'image de droite ci-contre.

 

Quelques mots de conclusion

Prendre le Christ comme référent creuse en nous le désir de faire du lien, de trouver une manière contemporaine de vivre l’évangile. Jésus a été avant tout un homme libre, un passeur de vie. Sa parole et son action sont allées très loin dans l’amour de l’autre. Plus que tout autre, il nous a montré, comme le dit si bien Paul Ricoeur, que « la ligne droite entre soi et Dieu passe par l’autre ».

L’avenir n’est pas dans le smartphone, mais dans la chair ! La plus haute technologie de communication est celle donnée par la nature : être face à face ou côte à côte. Tous les amoureux le savent. Le christianisme ne vient pas délivrer un message ou une information. Il vient manifester une présence : le Christ.

Photos de la journée